fbpx

France: 01 86 26 00 00 Israël: 08 684 64 93

Demandez votre Devis de déménagement

Déménager en Judée-Samarie

Pour votre Alya vous avez prévu de déménager en Judée-Samarie?

Vous êtes citoyen de retour et vous prévoyez votre déménagement pour la Judée-Samarie?

Dans tous ces cas de figures, une seule chose vous préoccupe : Que votre déménagement en Judée Samarie se déroule de la meilleure façon possible.

La Judée-Samarie dans la Bible

La Bible relate que c’est dans cette région que le peuple juif a été fondé : Sur ces lieux, les patriarches construisirent des autels, consacrant ainsi le pays à l’Eternel, qui le leur avait promis. Abraham planta sa tente à Eilon Moré près de Chehem (Naplouse), le sacrifice de Isaac s’est déroulé sur le Mont du Temple (Jérusalem), Jacob résida à Bet El (près de Ramalla), Jéricho et les montagnes de Judée-Samarie sont les premières régions conquises par Josué. David était roi de Hébron avant même que la royauté passe à Jérusalem.
Tombeau des PatriarchesSichem, Béthel et Hébron resteront des lieux saints juifs jusqu’à la conquête de Jérusalem par David. Durant toute la période des Juges, le tabernacle sera dressé à Shilo au cœur des montagnes de Benjamin. Jusqu’en 722, un sanctuaire se dressera à Béthel. Un peu plus au nord, on peut encore voir les ruines de Sébastia, la ville de Samarie dont Omri fit la capitale du Royaume du Nord.
Ces territoires sont le berceau du peuple juif, le cœur de la terre promise aux patriarches. De nombreux vestiges archéologiques témoignent, sans l’ombre d’un doute, de la présence juive dans toute cette région.

 

Histoire moderne de la Judée-Samarie

De 1917 à 1948, ces territoires faisaient partie du Mandat Britannique et donc de la Palestine mandataire, sur l’ensemble de laquelle, devait s’établir le Foyer National Juif. Le 29 mai 1947, l’Organisation des Nations Unies vota le partage de cette même Palestine mandataire entre un Etat Arabe et un Etat Juif. Selon ce plan de partage, l’essentiel de la Judée-Samarie aurait dû revenir à l’Etat Arabe, mais les états arabes rejetèrent ce plan.
Après la Guerre d’Indépendance l’émirat de Transjordanie annexa la Judée-Samarie et incorpora la région dans le «Royaume hachémite de Jordanie» au lieu de créer sur ces territoires l’Etat «palestinien» dont tout le monde parle aujourd’hui.
Cette annexion ne fut reconnue par aucun pays, sauf par la Grande Bretagne et le Pakistan. Ainsi, de 1949 à 1967, la Jordanie occupa illégalement la Judée-Samarie. L’appellation de «Cisjordanie» utilisée par de nombreux médias francophones date de cette époque. Ce terme date du temps où ces territoires étaient occupés par le Royaume hachémite de Jordanie et formaient la partie Occidentale du dit royaume.
En 1967, les pays arabes voisins désireux de détruire l’État juif lui imposèrent une guerre d’agression. Exerçant son droit de légitime défense, Israël prit le contrôle de ces territoires sans les annexer, laissant leur statut juridique faire l’objet de négociations dans le cadre d’un hypothétique accord de paix futur.
Du fait de l’impossibilité d’arriver à un accord de paix avec les Palestiniens depuis 1967, ces négociations n’ont pas abouti et le statut juridique de ces territoires n’est toujours pas réglé.

Géographie de la Judée-Samarie

La région a une superficie de 5 860 km². Elle a une longueur de 125 km et une largeur comprise entre 25 et 50 km. Elle abrite une population d’environ 2 500 000 personnes, en grande majorité palestiniennes. Elle est délimitée à l’est par le Jourdain et la Mer Morte, et par l’ancienne ligne verte de 1949 (la ligne d’armistice entre Israël et la Transjordanie après la Guerre d’Indépendance de 1948) au nord, au sud et à l’ouest. En comptant ceux qui sont installés dans les parties Nord et Est de Jérusalem, on trouve en Judée Samarie environ 600 000 résidents juifs répartis dans 4 villes (Ariel, Beitar Ilit, Maalei Adumim et Modiin Ilit) et 153 implantations.

Les Yishouvim de Judée-Samarie

Contrairement au Moshav ou au Kibboutz, ce modèle d’implantation rurale ne fonctionne pas sur la base d’une coopération économique. La coopération est d’ordre social. Les affaires de la communauté sont gérées collectivement par ses membres qui s’investissent aussi volontairement dans les activités communes (éducation, culture, activités des jeunes, etc.). L’objectif est de créer des communautés fortes avec une vie sociale attrayante pour palier à l’isolement et à la distance. De nombreuses communautés d’accueil ont pour volonté affichée d’encourager la Alya des juifs de France et ont accueilli les olim dans différents Yishouvim.

L’emploi en Judée-Samarie.

La majorité des habitants de Judée-Samarie vont travailler hors de la communauté.
Soit dans le Goush Dan, composé des villes de Tel Aviv, Givatayim, Bnei Brak, Or Yehuda, Kiryat Ono, Petah Tikva, Yehud, Ramla, Lod, Rishon LeZion, Ness Ziona, Ramat Gan, Bat Yam et Rehovot est qui constitue le centre économique du pays et l’une des plus fortes concentrations de start-up au monde, ce qui permet aux habitants de Judée Samarie de trouver un emploi dans les nombreuses entreprises qui y sont implantées.
Soit à Jérusalem où l’emploi est centré sur le tourisme et les entreprises publiques ou les sociétés High Tech comme Intel, Teva Pharmaceutical Industries, et ECI Telecom installées dans la zone industrielle Har Hatzvin. Parmi les principales productions de Jérusalem : fabriques de chaussures, textiles, pharmaceutiques, produit de métaux, et articles imprimés. Les usines sont situées principalement dans la zone industrielle d’Atarot au Nord de la ville. Jérusalem est à la pointe dans plusieurs domaines comme que la médecine, le tourisme, la biotechnologie et le high-tech.

Vous aimerez aussi

Ouvrir chat
Powered by